Propulsé par Drupal

Archiver le présent: imaginaire de l'exhaustivité dans les arts et littératures numériques

Programme

Période d'activité: 
2016 - 2022
Chercheur principal membre: 
Chercheur·s non membre·s: 

Le programme de recherche est consacré à l’analyse et la valorisation de pratiques artistiques et littéraires contemporaines qui mettent à l’épreuve l’archive comprise comme symptôme de la pression encyclopédique constituante de la culture numérique dans un contexte où la notion de présent (temps réel/temps direct) devient centrale et transforme notre rapport à la narration et au temps de l’histoire. La question posée par le titre témoigne du fait que nous interrogeons la notion même d’archive pour voir comment elle se transforme dans la création numérique. Nous questionnons du même coup la prétention à l’exhaustivité des modes encyclopédiques numériques. Comment la création et la culture contemporaines poussent-t-elles l’archive à ses limites? Voilà la question principale que ce programme se propose d’investiguer. Ses objectifs principaux sont de générer une meilleure connaissance des mutations des figures de l’archive et des modes d’organisation et de diffusion des savoirs en contexte numérique; mettre en valeur des pratiques artistiques et littéraires emblématiques; consolider le champ d’études sur la documentation du présent et les méthodologies renouvelées de l’histoire artistique et littéraire; explorer et modéliser des régimes d’actions et de transformations par la recherche-création. Nous avons choisi de mettre l’accent sur le geste artistique, d’interroger les capacités des processus de collecte et des actes documentaires plutôt que de nous inscrire dans une conception de l’archive comme objet fixe, témoin de mémoire et d’histoire. Il ne s’agit pas tant de célébrer cette notion d’archive que d’interroger les pratiques artistiques et sociales qui en critiquent l’hégémonie et les prérogatives d’autorité. Les œuvres de notre corpus se déploient à partir d’un protocole de création spécifique soit un principe de systématicité et d’exhaustivité. Elles proposent des manières diverses de consigner, décrire, raconter, épuiser, monitorer, le présent, afin de le saisir, l’organiser, ou encore le critiquer. L’équipe de recherche constituée pour réaliser ce projet est multidisciplinaire, les chercheurs réguliers viennent d’histoire de l’art, d’études littéraires et d’études cinématographiques. Les méthodologies envisagées mettront à profit les compétences des chercheurs de l’équipe en proposant des perspectives complémentaires: pragmatique, esthétique et sémiotique.

Le projet comprend trois axes de recherche. L’axe 1, Architectures de connaissances, est méthodologique; il propose un état des lieux interrogeant notre rapport à la connaissance de même que ses modes d’organisation et de diffusion en contexte numérique. Deux axes thématiques complétent le programme. L’axe 2, Archive-monstre, examine les excès et obsessions de l’archivage. Une monstruosité intrinsèquement liée aux plateformes numériques, par leur prétention à tout pouvoir capter dans l’immédiateté. Cet axe 2 permet de bien saisir ce concept inédit et d’étudier les pratiques artistiques qui le mettent à l’épreuve. Enfin, l’axe 3, Monitorer le présent, dans une visée prospective, analyse les mutations contemporaines de l’archive par un examen des pratiques et opérations qui redéfinissent à la fois la notion même d’archive et les manières de faire, afin de mieux saisir les singularités qui se présentent à nous aujourd’hui.

Le programme Archiver le présent? compte aussi se servir des avancées informatiques de la culture de l'écran pour organiser et diffuser ses travaux et mettre sur pied une encyclopédie en ligne (environnement de recherches et connaissances) en accès libre de droit sous forme de répertoire d’œuvres emblématiques, publications en ligne et expositions, enregistrements audio et vidéo des événements et colloques.

Type de subvention: 
Date·s de la subvention: 
2018 - 2022