Propulsé par Drupal

Expérience.s du chaos

Actualité étudiante
Appel à communication

L’Association des étudiant.e.s en langue et littérature françaises inscrit.e.s aux études supérieures (ADELFIES) de l’Université McGill vous convie cordialement à participer à la dixième édition de son colloque estudiantin, Expérience.s du chaos, qui se tiendra les 23 et 24 mars prochain à la Thomson House (3650, rue McTavish).

Ouverte à tou.te.s, cette rencontre permet aux étudiant.e.s des cycles supérieurs de présenter leurs travaux et de discuter de leurs avancées dans le cadre de conférences portant sur leur domaine d’étude et de recherche. Expérience.s du chaos répond de plus à une vocation interdisciplinaire. C’est pourquoi nous invitons les étudiant.e.s de recherche, mais aussi de traductologie et de création à nous envoyer leurs contributions.

Le colloque a pour objectif d’explorer l’étroit rapport qu’entretiennent dans le texte littéraire les notions apparemment contradictoires d’expérience et de chaos. Contradictoire, car si l’idée d’expérience renvoie à une familiarisation du monde par sa pratique, celle de chaos évoque au contraire la menace d’un insaisissable désordre.

Penser une expérience du chaos, c’est donc avant tout reconnaître la simultanéité ambivalente d’une appropriation et d’une dépossession du réel. C’est poser la question de la destination de l’être humain dans un monde soumis aux bouleversements, de sa place dans un temps individuel ou collectif. C’est interroger son humanité et celle des autres, douter de soi-même, de son identité, parfois perdue, parfois éparpillée, rarement épargnée. Penser le chaos comme une expérience, c’est aussi constater que d’un «vide qui n’est pas un rien» (Hésiode) ou d’un profond «dérèglement de tous les sens» (Rimbaud) peuvent surgir les directions les plus inattendues et la créativité la plus régénérante; Mary Shelley allait jusqu’à dire que «l’invention […] ne consiste pas à créer à partir du vide, mais bien d’un chaos.» Penser l’expérience du chaos serait donc finalement rendre compte d’une réalité plurielle, parfois subie, parfois désirée, mais qui toujours propose de redéfinir les contours d’un monde incapable d’immobilité.

De nombreux thèmes et angles peuvent ainsi être adoptés pour aborder la pluralité des Expérience.s du chaos, parmi lesquels:

Le chaos dans la littérature

- Littératures de guerre: éclatement de l’ordre, confrontation, destruction, amoralité
- Crise identitaire: fragmentation et dissolution
- Désordre mental: psychologie et psychiatrie en littérature
- Limites et territoires: les littératures du déplacement
- Trou noir, Big Bang, chaos: les théories scientifiques en littérature
- Chaos et ordre du monde: cosmogonie et théogonie
- Désorganisation diégétique: le chaos comme état initial, phase transitoire ou résultat

Le chaos dans la langue

- Traductions impossibles et expériences plurilingues
- Langue torturée et hybrides langagiers
- Langue orale et langue écrite: contradictions et cohabitations
- Langue basculante: usages transitoires du langage

Le chaos dans la création

- Narrations chaotiques: (dé)construire le sens
- Poésie et langage: trouver un nouveau sens
- Questions de lisibilité: l’illisibilité comme (possible) moteur poétique
- Écrire dans le chaos: le processus créatif en contexte désorganisé/désorganisant
- Générer la confusion: entropie et dislocation

Cette liste de pistes et de suggestions n’est en aucun cas exhaustive et les projets cherchant à rapprocher différentes questions liées au thème proposé sont les bienvenus.

Le colloque sera organisé autour de panels de conférencier.e.s présentant des communications d’au plus 20 minutes, chacune suivie d’une période de questions.

Envoyez-nous votre proposition de communication d’un maximum de 300 mots suivie d’une notice biographique en format Word à l’adresse courriel colloque.adelfies2018@gmail.com au plus tard le 2 février 23h59.

Comité organisateur: Valériane Dhumerelle, Justine Falardeau, Amélie Langlois, Gabriel Proulx, Julien Vallières et Myriam Vincent.