Propulsé par Drupal

Malheurs - Speed colloque du comité étudiant UQAC

Actualité étudiante
Appel à communication

 

Pour une sixième année consécutive, le comité étudiant Figura organise un speed colloque étudiant à l’Université du Québec à Chicoutimi sous le thème «Malheurs». La formule du speed colloque est simple et conviviale: chaque participant.e aura à présenter une communication de cinq minutes et une période d’échanges suivra chaque bloc de présentations. La journée s’ouvrira avec une conférence. 

Sénèque affirme que «l’Homme n’apprend à se taire qu’à l’école du malheur». En effet, devant la force d’un événement funeste ou dévastateur, le premier réflexe semble être celui du repli, de l’immobilité. Le malheur s’associe-t-il inévitablement à la fatalité, à la fin d’une vie? Est-il insurmontable? La littérature semble pourtant employer le malheur et s’y alimenter; il mobilise l’écriture et les passions, agissant parfois comme moteur créatif. Loin de faire taire ses victimes, le malheur peut devenir un prétexte pour déployer le récit, provoquer des réactions chez les personnages et les lecteurs/trices, exposer des idéologies et dénoncer des situations. 

La mise en scène du malheur peut ainsi servir de catharsis, mais encore faut-il comprendre comment s’articulent les différents enjeux soulevés par la question. Nos façons d’expliquer les différents malheurs qui nous frappent ont-elles évolué ou ont-elles simplement changé de forme? La contingence du malheur semble toujours faire scandale. Un malheur qui arrive sans qu’il ne soit possible de le justifier par de «bonnes raisons» est plus révoltant qu’un malheur prévisible ou considéré comme mérité. Comment les auteurs/trices le mettent-ils en fiction? Dire le malheur à travers une oeuvre littéraire est-il une manière de le conjurer ou de lui donner un sens? Un récit sans malheur est-il possible? 

L’écriture du malheur s’articule autour de plusieurs thèmes auxquels il est possible de s’intéresser. Mentionnons ainsi, à titre non-exhaustif, la superstition, le destin tragique, le malheur comme figure de résistance, la malchance, le désespoir, la mort, l’amour déçu, la pauvreté, la maladie, la solitude, etc. Nous invitons les jeunes chercheurs et chercheuses à se pencher sur cette relation entre la littérature et le malheur. 

 

Le speed colloque s’ouvre à toute fiction écrite: roman, nouvelle, bande-dessinée, théâtre et poésie. Il aura lieu le vendredi 13 mars 2020 à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il est ouvert aux étudiant.e.s membres de Figura, ainsi qu’aux étudiant.e.s de la maîtrise et du doctorat en lettres de l’UQAC. Pour les étudiant.e.s membres de Figura, les frais liés au transport et à l’hébergement seront pris en charge (pour Montréal et ses environs). Vous pouvez faire parvenir votre proposition de communication (100 à 150 mots) avant le 13 janvier 2020 en indiquant votre nom, votre adresse courriel, votre niveau d’études et votre institution d’appartenance à l’adresse suivante: etu.figura@uqac.ca