Propulsé par Drupal

Hantise du passé et subjectivité dans la littérature autobiographique contemporaine des femmes

Programme

Période d'activité: 
2010 - 2013
Chercheur principal membre: 

 

Comme Pontalis le remarquait dans Perdre de vue (1988), la question de l’autobiographe « n’est sans doute plus : “qui suis-je ?“ […]. Mais : “où suis-je ?”, “de quoi suis-je fait ?”, “à quoi suis-je asservi ?” et surtout peut-être : “qu’est-ce qui me fait parler ?” » (p. 347). Dans les pratiques autobiographiques contemporaines et particulièrement chez les auteures du corpus du présent projet (Arcan, Boulouque, Bouraoui, Cixous, Cohen, Condé, Desbiolles, Djebar, Ernaux, Fellous, Flem, Laurens, NDiaye, Nimier, Pineau, Sebbar), ces questions se traduisent par une démarche tournée vers l’antériorité plutôt que l'intériorité : ce qui fait parler le sujet, ce à quoi il est asservi, ce qui le constitue et fonde sa parole, c’est un passé ou un événement du passé qui le hante.

Le projet vise à analyser la hantise du passé qui caractérise plusieurs récits autobiographiques contemporains au féminin et à saisir la forme particulière de subjectivité qui fonde ces textes. Le corpus est composé de deux types de récits : ceux où le sujet est habité par un événement de son propre passé, et ceux où le sujet est hanté par une histoire qui ne lui appartient pas (histoire familiale par exemple, ou histoire coloniale de son pays d’origine), mais qui le détermine. Dans les deux cas, on peut observer un même rapport au passé sur le mode de la hantise, se caractérisant par un manque de maîtrise du passé et une absence à soi et au monde qui place le sujet dans un entre-deux où les frontières entre vie et mort, présent et passé, soi et autre, se brouillent pour faire apparaître de nouvelles configurations subjectives et identitaires. Le projet comprend deux volets. Le premier, poétique et énonciatif, a pour tâche de décrire les modalités narratives et énonciatives du surgissement du passé, le rapport des narratrices aux événements du passé et les effets de la hantise sur l’organisation temporelle et narrative des récits. Le deuxième volet s’intéresse à l’imaginaire de la subjectivité à l’œuvre dans les textes.

Le projet entend ainsi contribuer à l’avancement de la critique et de la théorie sur l’écriture autobiographique au féminin par la théorisation d’une nouvelle forme de subjectivité, d’une part, et sur la littérature contemporaine par l’analyse d’une tendance propre à celle-ci, d’autre part.

Type de subvention: