Propulsé par Drupal

Quand souffrir fait écrire… Création et douleur physique au féminin

Programme

Période d'activité: 
2016 - 2018
Chercheur principal membre: 

La douleur physique est une expérience invisible. Elle n'apparaît pas nécessairement sur le corps (elle n'est pas toujours associée à une blessure ou à des lésions manifestes pour le regard), elle est difficile à représenter, à mesurer et à nommer. Le cas de Frida Khalo, empalée par une tige de métal lors d'un accident de tramway à l'adolescence, est légende: prise de douleurs physiques chroniques, non seulement la peintre a-t-elle produit une partie de son œuvre depuis la posture allongée, mais elle a tâché de mettre la douleur en image. En littérature, les écrivaines Nancy Huston, Siri Hustvedt, Amy Berkovitz, Barbara Gowdy, Vanessa Gault, Isabel Allende, Lynne Greenberg, Cynthia Toussaint, Andrea Scarpino, Johanna Hedva ont elles aussi tenté d'écrire et de réfléchir à la douleur, de représenter la souffrance malgré son invisibilité, tout en montrant, dans le même mouvement, la difficulté de mettre des mots sur cette expérience.  
C'est précisément ce qui nous intéresse dans le cadre de notre projet de recherche-création : comment transmettre l'expérience de la douleur chronique quand l'invisibilité et le caractère fondamentalement subjectif et personnel de cette expérience (personne ne vit la douleur de la même manière) rendent difficile la transmission elle-même? Comme le montrent les auteures de notre corpus, la douleur chronique est difficilement transmissible - les " malades " (et en particulier les femmes malades) se heurtent d'ailleurs souvent à un discours médical incapable de les comprendre -, d'où l'importance de se pencher sur sa représentation.  
Nous poserons les questions suivantes: Que dit la douleur au féminin? Comment est-ce que le corps s'inscrit dans le temps quand il est aux prises avec une douleur constante qui a pour effet de placer le sujet à l'extérieur du temps ordinaire tout en le plongeant dans un temps infini? Comment le corps occupe-t-il l'espace quand la douleur prend toute la place? Quelle est la part de rébellion dans ces douleurs que le monde médical décrit comme " rebelles " puisqu'elles échappent aux traitements cliniques classiques? Comment parler la douleur? Que devient le langage quand la douleur cherche à s'exprimer? Quelles formes littéraires sont susceptibles de mettre la douleur en images? Ces questions guideront l'analyse du corpus et alimenteront notre écriture.  
Ce projet de démarrage en recherche-création constitue un projet structurant pour l'antenne Figura-UQAC et s'inscrit dans la suite de nos travaux scientifiques, à chacune : d'une part sur le témoignage, l'identité et l'intériorité; d'autre part sur la spectralité, la hantise et la transmission. Ce projet s'inscrit aussi dans la suite de notre travail de création en tant que poète (A-M Parent) et romancière (M. Delvaux). Par le biais de formes différentes, nous tâchons toutes les deux de mettre en mots l'expérience de la douleur, de produire des images afin de rendre visible cette expérience.
 

Date·s de la subvention: 
2016 - 2018