Propulsé par Drupal

H-2017 - Présences de la voix

Individu·s lié·s: 
Horaire du séminaire: 

Hiver 2017

Maîtrise et Doctorat en études littéraires, Doctorat en sémiologie, UQAM

La « voix » est depuis longtemps un objet de recherche dans plusieurs champs disciplinaires : voix poétique ou voix narrative, polyphonie et dialogisme, voix sans corps, voix-je en littérature ; voix over, acousmatique, voix blanche au cinéma.  Élément central dans la compréhension de la performance orale pour les anthropologues, elle renvoie, avec le geste, à la définition d’une culture (la culture dite « orale » par rapport à celle de l’écriture). Élément transitif, événementiel, la voix performée est constitutive de la poétique orale, voire de la littérature ; elle convie parfois à la question de l’origine de la parole, à quelque chose comme un régime infralingusitique (le cri, sa musicalité pure, la sonorité profonde du corps et qui remonte à la surface, etc.) La voix vient parfois  de l’ailleurs,  elle est « voix séparée, inconnue, voix qui a l’opacité de la chose » (Vasse, p. 202); tantôt elle évoque la toute puissance des mots », tantôt elle est réputée s’épuiser.  En tant que médium, on ne peut la penser en-dehors de la matérialité du monde; elle témoigne aussi de l’efficace de la parole, ce que nous appelons le discours.  On en parle alors au pluriel : les voix dont les luttes dessinent les contours de la société et les grandes trames du politique.
 
Le séminaire propose de revenir sur ces questions mais à travers la lecture croisée de certains textes théoriques et critiques marquants, appartenant à des horizons différents et regroupant cinq auteurs : la théorie et la critique de la littérature moderne (Bakhtine, Rabaté), les études de poétiques médiévales (Zumthor), une anthropologie des médias (Ong) et les études cinématographiques (Chion).  En fonction de ces auteurs, quatre thèmes nous serviront de vecteurs : polyphonie, voix narrative, vocalité, oralité.
 

Contact: Villeneuve.johanne@uqam.ca