Propulsé par Drupal

Colloque international. Idiots, figures et personnages liminaires

Author : Anonymous
Date : Oct 04, 2010
Category :
Comment : 0
13
Colloque

Colloque international.
Idiots, figures et personnages liminaires

L’idios grec désigne le citoyen ordinaire (celui qui n’est pas un homme public, un magistrat). Il est le sujet particulier, singulier. L’idiotus latin, quant à lui, est un homme sans instruction, ignorant. Derrière lui, le sot se cache.

L’idiot est une figure plurielle et elle doit être saisie dans l’ensemble de ses actualisations historiques et culturelles. Chaque culture, nous expliquent Mauron et de Ribaupierre, « investit l’idiotie à sa manière comme ce qui lui est étranger. Si bien qu’une culture ne se révèle jamais mieux que dans la conception et l’image qu’elle se fait de l’idiot. (Les Figures de l’idiot, Editions Léo Scheer, 2004, p.13)

L’idiot, c’est l’autre ; c’est peut-être surtout l’étrangement, le drôlement… proche. Si la culture se révèle dans ses représentations littéraires et artistiques, il y a un intérêt à reprendre ces questions en les ramenant à l’échelle précise des oeuvres et à étudier l’idiot comme personnage, dans ses rôles et ses fonctions, dans ses implications sur les lecteurs et les spectateurs, ainsi que sur les auteurs et les artistes.

L’idiot peut être considéré comme le premier exemple d’une typologie qui compte certaines figures d’homme/enfant sauvage, de vieille fille ou vieux garçon, de criminel, de saint, de prophète, d’illuminé et de poète. Ces figures constituent des personnages liminaires dont la fonction première est de servir de témoins dans le personnel des oeuvres, placés au degré ultime sur l’échelle du ratage initiatique. Leur ambivalence constitutive les met souvent dans une relation de proximité avec l’au delà ou l’en deçà de la culture (la mort, la folie, la sauvagerie, etc.) et les fait devenir des médiateurs ou des passeurs.

C’est à la pensée et à la construction de cette catégorie de personnages que le colloque est consacré.

 

Programme

28 octobre

9h00 [accueil ]

9h15 [ introduction ] Bertrand Gervais et Marie Scarpa

Séance « penser l’idiot »
Président de séance : Véronique Cnockaert (uqam)

9h30 Bertrand Gervais (uqam), « L’idiot en souverain. Figure de l’oubli et du politique dans Oublier Elena d’Edmund White »

10h00 Jean-Pierre Couture et Dalie Giroux (u. d’ottawa), « Pour une épistémologie idiote »

10h30 [ discussion ]

10h45 [ pause ]

11h00 Marie Scarpa (u. de metz), « Personnages liminaires dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès »

11h30 Marie Christine Vinson (u. de nancy i), « Une célèbre idiote : Bécassine »

12h00 [ discussion ]

12h15 [ dîner ]

Séance « le jeu de l’idiot »
Président de séance : Jean-Marie Privat (u. de metz)

14h00 Julie Perreault (u. d’ottawa), « Lee Maracle et la figure redoublée de l’idiot : Ravensong »

14h30 René Lemieux (uqam), « L’impossible idiotie de Michel Freitag : le paradoxe d’une parole singulière dans un monde postmoderne »

15h00 [ discussion ]

15h15 [ pause ]

15h30 Madeleine Jeay (u. mcmaster), « Valentin et Orson, figures duelles de l’idiotie et de la sainteté »

16h00 Anne Spica (u. de metz), « L’extravagant et le roman. Lysis dans “Le Berger extravagant” de Charles Sorel (1627-1634)»

16h30 [ discussion ]

19h00 [banquet ]

29 octobre

Séance « L’idiosphère »
Président de séance : Jean-François Hamel (UQAM)

9h00 Serge Cardinal (u. de montréal) « L’espace problématique de l’idiot »

9h30 Anne Élaine Cliche (uqam), « ‘Nous sommes des enfants d’une façon générale’ Ernesto/Vladimir, Ésaü, Qohelet : figures du savoir infantile »

10h00 Amélie Paquet (uqam), « Le dialecticien négatif : la relation du sujet à la tradition et à la modernité dans L’innommable de Samuel Beckett »

10h30 [ discussion ]

10h45 [ pause ]

11h00 Jean-Pierre Vidal (uqac) « Bouvard, Pécuchet et le «Garçon» sur «un plateau stupide» de Normandie ou Flaubert dans tous ses états liminaires »

11h30 Sophie Dumoulin (uqam), « Il était une fois une jeune fille, sa chèvre et son petit soulier. La Esmeralda et la douce idiotie de l’enfance »

12h00 [ discussion ]

12h15 [ dîner ]

Séance « Devant : l’idiot »
Président de séance : Geneviève Sicotte (U. Concordia)

14h00 Pascal Michelucci (u. de toronto), « L’idiot devant la Science : sur le schéma de la quête et ses adjuvants »

14h30 Jean-François Chassay (uqam), « L’idiot de la famille? Comment l’autiste change les règles du jeu »

15h00 [ discussion ]

15h15 [ pause ]

15h30 Sophie Ménard (uqam), « Les déréglées chez Zola »

16h00 Jean-Marie Privat (u. de metz), « Synthèse du colloque »

16h30 [ discussion ]

17h00 [ clôture du colloque ]

Participation / Organisation

Organisateur membre
Organisateur membre
Organisateur membre

Voir aussi

Équipe·s liée·s: