Propulsé par Drupal

Colloque/atelier «Penser la théorie» - La portée des figures dans la pensée critique. Le cas du discours universitaire

Author : Anonymous
Date : Oct 30, 2009
Category :
Comment : 0
13
Colloque
Colloque

Colloque/atelier du groupe doctoral et postdoctoral Penser la théorie, du Département d'Études françaises de l'Université Concordia, dans le cadre du 77e congrès de l'ACFAS.

Présentation

Écrivains, philosophes, essayistes s’appuient sur des figures pour
penser, pour transmettre leurs pensées critiques. Quel est le rôle de
la figure dans les textes analytiques issus des lettres et des arts?
Cet atelier réfléchira sur l’articulation de la figure à la pensée dans
la production critique. Nous envisagerons la figure par rapport à son
impact plus que par rapport à un médium spécifique. La figure dépasse
la simple représentation et peut donner corps et contour à la pensée,
qu’elle soit figure de pensée, figure d’affects et de percepts, trope
ou personnage conceptuel. Nombreux sont les articles du domaine des
sciences humaines qui refusent le jeu de l’imaginaire au nom de
l’objectivité. Faut-il, pour être crédible, que la critique rejette la
figure qui peut finalement trahir la pensée? Où mène, dans les études
universitaires, une écriture périlleuse, qui soumet la pensée au charme
des figures? La fascination provoquée par celle-ci peut passer pour une
mise en danger de l’analyse dite rigoureuse. Doit-on pour autant priver
le discours de la figure pour percer les mystères de la littérature et
des arts? Il ne s’agit pas ici d’une apologie de l’écriture élégante,
mais plutôt d’une réflexion sur l’efficacité des figures qui permettent
l’analyse, la création et le dépassement du cadre. En réunissant des
chercheur(e)s issus des domaines différents (études littéraires,
histoire de l’art, linguistique et traduction, communication,
sociologie, histoire, philosophie) nous voulons réfléchir sur les
causes et les conséquences d’une pensée critique qui joue avec les
figures dans les écrits universitaires. Les participants auront la
possibilité de situer l’analyse dans le cadre de leurs propres sujets
de recherche en cours.

Comité scientifique

Mirella Vadean (SIP/Département d’études
françaises, Université Concordia), Geneviève Sicotte (Département
d’études françaises, Université Concordia) et Mathilde Branthomme
(Département de littérature comparée, Université de Montréal)

Remerciements

Le groupe Penser la théorie exprime toute sa
gratitude pour le support et l’appui accordé pour l’organisation de ce
colloque par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (Antenne
Concordia), le Département d’études françaises et la Faculté des arts
et des sciences de l'Université Concordia, et le Conseil de recherche
en sciences humaines du Canada.


Programmation

9h       Mot d'ouverture : Mirella Vadean (Université Concordia, responsable du groupe Penser la théorie)

Territoires des figures
Séance présidée par Mathilde Branthomme (Université de Montréal)

9h15   Jacques Dufresne (Encyclopédie de L'AGORA), Les ailes du texte. Un regard kikuyu sur le style

10h     Pause

10h15  Charles Robert Simard (Université de Montréal), Actualité de la figure de l'auteur : entre mort et renaissance, autorité et auctorialité
10h30  Valérie Cools (Université Concordia), Le lecteur en théorie : Entre plusieurs modes de pensée
11h15  Mirella Vadean (Université Concordia), Ritournelle. Figures de la musique sur le territoire du littéraire
11h30  Véronique Labeille (Université du Québec à Trois-Rivières), Les limites de la figure : un cas pratique avec le « miroir » de la mise en abyme

12h30  Dîner

+++

Pouvoir et limites de la figure
Séance présidée par Véronique Labeille (Université du Québec à Trois-Rivières)

14h30  Sylvain David (Université Concordia), Critique figure/hâtive
15h15  Mathilde Branthomme (Université de Montréal), Figures; de l’obsession à la séduction… et vice et versa
15h30  Isabelle Buatois (Université de Montréal), La figure comme moyen d’une approche critique transdisciplinaire : exemple de l’«image ouverte» de Georges Didi-Huberman

16h15  Pause

16h30  Christina Jürges (Université de Montréal), Figure de la femme et de la migration

17h15  Mot de clôture

Consulter les résumés des communications.

Participation / Organisation

Organisateur membre
Membre participant
Membre participant
Membre participant
Membre participant
Membre participant
Fichier·s: