Propulsé par Drupal

Genèse épistolaire et poétique de l'invention

Programme

Période d'activité: 
2001 - 2005
Chercheur principal membre: 

La valeur littéraire et la richesse documentaire des correspondances d'écrivains est depuis longtemps reconnue et attestée, notamment dans le domaine de l'édition critique dont la tradition remonte au XIXe siècle; en revanche, la lettre n'a encore été que très peu étudiée dans le champ particulier de la génétique littéraire. Le corpus des lettres de Francis Ponge conservées dans les archives familiales est suffisamment important et riche pour permettre une analyse minutieuse de la nature et de la fonction des rapports qu'entretiennent, sur le plan génétique, la correspondance et le texte poétique; à l'absence de rupture, de clivage net entre les genres qui constitue l'une des caractéristiques de l'oeuvre de Ponge, répond en effet la porosité des frontières entre les divers lieux et espaces des archives où se déploie l'invention scripturale : manuscrit, carnet, lettre. Les lettres ne sont donc pas considérées ici seulement comme des documents susceptibles d'éclairer la chronologie scripturale ou le contexte rédactionnel propre à un texte, mais bien comme de véritables avant-textes.

L'ouverture de l'atelier épistolaire de Ponge, rendue possible par l'accès aux archives, permet d'identifier un vaste réseau de constellations génétiques qui témoignent d'une féconde dynamique de l'invention. Sorte de « journal d'exploration » (Ponge) scripturale, la lettre constitue donc l'un des sites génétiques qu'il importe d'étudier en profondeur; en effet, de diverses manières et selon des processus variés, genèse épistolaire et poétique de l'invention s'éclairent et s'enrichissent mutuellement. Il s'agit donc d'appréhender ce foyer de l'imaginaire poétique que représente l'archive, mais en s'attardant à un objet singulier : la lettre.

Ce programme de recherche propose une réflexion approfondie des liens qu'entretiennent la genèse épistolaire et la poétique de l'invention; il ne vise ni l'établissement d'un inventaire des archives épistolaires de Ponge, ni la mise au point d'une typologie des lettres constituant le corpus. Son originalité tient à sa double dimension théorique et méthodologique, puisqu'il vise l'élaboration de concepts et d'outils propres à l'étude génétique du corpus épistolaire ainsi qu'une contribution à l'étude de la poétique pongienne. Dans le prolongement de ces travaux, cette recherche constituera aussi l'occasion de contribuer aux études consacrées aux correspondances et aux archives d'écrivains qui soulèvent notamment la question de l'imaginaire des documents.