Propulsé par Drupal

Imaginer le scientifique, entre Histoire et fiction

Programme

Période d'activité: 
2004 - 2007
Chercheur principal membre: 

Les sciences appartenant depuis toujours à la culture et à ses discours, il est normal de constater qu’elles jouent un rôle important dans la fiction, que ce soit pour montrer comment elles changent nos perceptions, notre rapport au monde, ou encore notre rapport au langage. Depuis toujours, la littérature puise dans l'activité scientifique des modèles, des formes, des métaphores. Mais les écrivains s’inspirent aussi parfois de figures canoniques du monde scientifique pour écrire des textes de fiction. Développant ici un des axes que j’ai commencé à explorer avec ma dernière subvention CRSH, ce projet a comme objectif d’étudier la transposition de certaines figures historiques de la science dans la fiction en prose, en s’arrêtant en particulier à cinq figures clés : Galilée, Newton, Darwin, Einstein, Oppenheimer.

Le choix de ces cinq noms repose sur trois raisons : il fallait s’assurer de l’existence de plus d’un texte significatif et c’est ici chaque fois le cas; chacun d’entre eux est associé, plus encore qu’à une découverte, à un paradigme qui a révolutionné le rapport du sujet au monde : Galilée par sa réflexion astronomique, Newton par la gravitation, Darwin par la théorie de l’évolution, Einstein par la révolution du continuum spatio-temporel, Oppenheimer par la révolution du nucléaire; chacun d’entre eux a joué, parfois malgré lui, un rôle politique important par les répercussions de ses découvertes.

Il s’agira de montrer en quoi ces figures à travers des événements qui ont marqué leur vie et à travers certaines de leurs découvertes - modifiées, transposées - sont au coeur de tensions sociales dont elles deviennent le symptôme, provoquant une crise qui, dans le cadre de la fiction, déborde du caractère scientifique de leurs travaux pour toucher le religieux, l’éthique, le politique. Ceci permettra d’examiner, à travers ces figures, comment se présente le chercheur scientifique dans le monde postindustriel - car elles sont toujours réactualisées dans les fictions des dernières décennies -, d’analyser le rôle qu’elles jouent dans l’imaginaire, sur les plans cognitif, épistémologique, social, et en quoi elles peuvent représenter un modèle épistémique permettant d’interroger les frontières entre les deux cultures (selon la formule de C.P. Snow). Car rapprocher littérature et science en montrant ce que la première dit de la seconde, en soulignant l’importance des sciences dans un corpus important de textes, aussi bien dans la sphère de grande production que dans la sphère de production restreinte, est une manière de questionner l’évacuation fréquente des sciences de ce qu’on nomme « la culture ». S’il est vrai que le commun des mortels ne connaît de la science que les résultats, la littérature peut, à tout le moins, permettre de montrer comment les sciences pensent, comment elles traduisent notre monde et comment elles infléchissent notre manière de le concevoir.

Tel qu’il est conçu, ce projet nécessite : 

a) une analyse sociologique sur la science

Pour étudier le champ scientifique, les modalités de son discours et, au besoin, en montrer les apories. Il faudra également analyser comment se manifeste socialement le personnage du savant.

b) une réflexion sur l’histoire des sciences

L’histoire des sciences sera abordée à travers les cinq scientifiques sur lesquels portera l’essentiel de la recherche. Il faudra donc approcher la science au moins en partie d’un point de vue subjectif à travers biographies, autobiographies, documents divers qui rendent compte de la place réelle (sur le plan institutionnel, sur le plan de l’importance des découvertes) et de la place imaginaire (sur le plan symbolique, sur le plan fantasmatique) qu’ils occupent.

c) sur le plan de l’analyse des textes, une lecture à la fois sociocritique et sociopoétique

Il importe de ne pas séparer texte et hors-texte. Les fictions seront étudiées en fonction de leurs stratégies narratives et sémiotiques, en tenant compte du contexte socioculturel et discursif d’où elles émergent et dont on ne peut les dissocier. Cet arrière-plan est indispensable pour comprendre comment le texte littéraire déplace, interprète, condense (au sens psychanalytique) dans la fiction les traces biographiques et comment il met en scène, narrativement, les découvertes scientifiques.