Propulsé par Drupal

La ligne brisée

Programme

Hypertextualité et hybridité dans les nouvelles formes de textes et de fictions
Période d'activité: 
2004 - 2008
Chercheur principal membre: 

Le programme de recherche « La ligne brisée » explore les nouvelles formes de textes et de fictions, apparaissant du fait de l’informatisation de la littérature et de la culture, ainsi que du développement du cyberespace. Cette informatisation permet le développement d’hypertextes et de textes hybrides, c’est-à-dire, d’une part, de textes construits à l’aide de liens informatiques, qui ne peuvent quitter l’écran sans perdre de leurs propriétés; d’autre part, de textes où se croisent les systèmes sémiotiques, l’écriture et l’image (fixe ou en mouvement), par exemple. Comment lire ces textes hybrides et hypertextes, qui sont essentiellement labyrinthiques? Comment se sortir de cette logique de l’errance et de l’oubli que ces formes exploitent souvent d’emblée et que le cyberespace en tant que média entretient du fait de sa complexité? Comment enfin parvenir à se représenter ou à symboliser le travail d’appropriation et d’interprétation requis pour maîtriser ces formes nouvelles et, pour l’instant encore, réfractaires?

Pour répondre à ces questions, il faut une conception de la lecture adaptée au contexte actuel d’informatisation. On avancera, à cet effet, que toute pratique de lecture comprend la manipulation, la compréhension et l’interprétation d’un texte. Ces trois gestes complémentaires permettent de dégager trois dimensions : médiatique, sémiotique et symbolique. C’est à explorer ces dimensions de la lecture que le programme de « La ligne brisée » est consacré. Trois avenues de recherche sont ouvertes : l’Observatoire, l’Atelier et l’Ouvroir.

  1. Du point de vue médiatique, on entreprendra de repérer de façon exhaustive les hypertextes et les textes hybrides, présents dans le cyberespace, ainsi que sur support informatique. C’est l’Observatoire de littérature hypertextuelle. Les buts de l’Observatoire sont de faciliter la manipulation de ces textes, en en assurant une première description et analyse, et d’assurer la valorisation de cette production qui reste encore globalement méconnue. Pour chaque texte repéré, on produira une description à l’aide de certains traits : présence faible, modérée ou forte de l’hypertextualité; modalités d’hybridité des textes, liées aux relations du texte à l’image, aux sons, à l’animation, à l’interactivité; la spécificité formelle et générique; la présence d’éléments thématiques récurrents, etc.
  2. Du point de vue sémiotique, il importe de développer des stratégies de compréhension adaptées à ces nouvelles formes. C’est l’objectif de l’Atelier de lectures. Un des problèmes liés à ces formes hybrides et hypertextuelles est la difficulté d’en faire une lecture littéraire, une lecture qui dépasse les formes simples de la navigation et du repérage. On travaillera sur un corpus précis d’œuvres (A. Wortzel, S. Jackson, J.-P. Balpe), portant attention aux seuils de lisibilité, aux rapports intertextuels, aux exigences et contraintes sur la lecture, etc. L’Atelier sera l’occasion d’explorer certaines avenues théoriques et conceptuelles.
  3. Du point de vue symbolique, il s’agit d’explorer une figure précise de l’imaginaire, celle du labyrinthe. C’est le but de l’Ouvroir de la ligne brisée. On repérera les traces de cette figure dans le cyberespace et dans des hypertextes. Ce repérage procédera à partir des traits formels liés aux deux grands types de labyrinthes (à ligne brisée et à ligne continue), et de la présence des figures traditionnelles du mythe. Ce travail permettra d’amorcer une réflexion sur le cyberespace qui, en soi, a tous les traits d’un labyrinthe (« l’ultime labyrinthe », dit Pierre Lévy), et d’un lieu de l’oubli de soi et de ses repères (« un medium sans mémoire », suggère Régine Robin). On fait l’hypothèse que la présence massive du labyrinthe dans le cyberespace est le symptôme d’un malaise, celui d’une complexité dont on ne parvient pas encore à prendre la mesure.

L’objectif de « La ligne brisée » est d’aller au-delà du simple constat de ce malaise et de la difficulté à lire les nouvelles formes de textes, en proposant des stratégies de lecture et d’analyse capables d’en amorcer l’interprétation.