Propulsé par Drupal

Le roman de l'après

Programme

Représentations de la post-histoire dans la fiction française contemporaine
Période d'activité: 
2006 - 2009
Chercheur principal membre: 

Le roman semble un genre mieux adapté que celui de l’essai (ou de l’article) pour traiter d’un thème controversé comme celui de la « fin de l’histoire ». Pourquoi cela est-il le cas? Pourquoi, alors même que l’idée de la post-historicité suscite la polémique dans les milieux intellectuels, nombre d’écrivains contemporains explorent-ils des sujets crépusculaires comme la disparition de l’homme ou la dissolution de la civilisation? Pourquoi la critique littéraire accepte-t-elle d’emblée cette transition à une autre forme d’imaginaire, sans tenir compte des débats théoriques et sociaux que ce type de pensée engendre par ailleurs? C’est à ces questions que tentera de répondre ce projet par une étude approfondie du « roman de l'après », soit une forme singulière de fiction, ayant émergé au cours des années 1990, qui a pour caractéristique principale de se situer après la disparition d’un univers particulier. La méthode retenue pour ce travail consistera à comparer le « roman de l’après » à l’essai (ou l’article), qui lui est contemporain, sur le thème de la « fin » ou d’un « dépassement » de l’histoire : cette approche permettra de mieux discerner la spécificité thématique et esthétique de certaines fictions récentes, tout en offrant une perspective privilégiée pour saisir l’évolution de l’art romanesque en son ensemble. En outre, cette démarche mènera à la définition du concept de « communauté négative », lequel permettra de mieux comprendre les univers (fictifs) à l’étude, mais aussi de réfléchir aux problèmes de désistement et d’abstention qui marquent les sociétés occidentales actuelles.