Propulsé par Drupal

L’identité sexuelle en question dans la fiction québécoise au masculin (1980-2005)

Programme

Période d'activité: 
2006 - 2009
Chercheur principal membre: 

Le projet de recherche proposé est une analyse des modèles de conceptualisation des relations entre hommes et femmes, masculin et féminin (autrement dit, le système de sexe/genre) dans la production romanesque québécoise masculine depuis 1980, menée à la lumière des théories contemporaines sur l’identité sexuelle tant masculine que féminine. Concrètement, il s’agit d’analyser les diverses conceptions de l’identité de sexe/genre qui s’expriment dans les romans contemporains écrits par des hommes et d’identifier à quel modèle conceptuel ils correspondent parmi les trois qui circulent dans la société : le modèle patriarcal, où la distribution des valeurs entre les hommes et les femmes, le masculin et le féminin, est dissymétrique et avantage les hommes; le modèle féministe, qui repose sur une volonté de rééquilibrage de la distribution des valeurs – au risque, parfois, de renverser le déséquilibre en faveur du féminin; le modèle postmoderne enfin, qui, plutôt que de poser le masculin ou le féminin comme norme de référence, place le système de sexe/genre lui-même au centre du questionnement et le met en crise, en visant à établir une distribution plus juste des valeurs symboliques. Cette identification des modèles prendra appui tant sur la représentation qui est faite des personnages masculins et féminins que sur la dissémination des valeurs masculines et féminines dans les formes textuelles (génériques, narratives, énonciatives, stylistiques).

À terme, l’étude permettra de mesurer si les écrivains masculins ont, à l’instar de leurs consœurs, pris acte des transformations conceptuelles quant à l’identité sexuelle et de genre, ainsi que de mieux saisir les processus de production et de distribution des valeurs sexuées dans un texte littéraire. Apparaîtront ainsi les enjeux non seulement symboliques, mais également politiques et éthiques qui en découlent. Par extension, l’étude aura aussi des retombées quant à la diffusion des nouveaux savoirs sur l’identité sexuelle et les processus de production du genre, savoirs qui circulent actuellement, somme toute, en sphère relativement restreinte.