Propulsé par Drupal

Nouvelles expériences de la textualité

Programme

Lire à la limite de ses habitudes
Période d'activité: 
2000 - 2004
Chercheur principal membre: 

Ce programme de recherche tente de décrire et de circonscrire les nouvelles expériences de la textualité (NET), celles qui se déploient à l'aube du troisième millénaire et qui requièrent, du fait de leur nouveauté, une réévaluation complète de nos postures et stratégies de lecture. L'ouverture du cyberespace, les développements exponentiels de l'informatique et des techniques d'impression, ainsi que la perméabilité de plus en plus grande des cultures ont changé notre regard, de sorte que nous ne pouvons plus vivre notre rapport au texte et à la littérature de la même façon qu'auparavant. Et il paraît important de prendre note de ces changements et, par conséquent, de revoir en profondeur les façons que nous avons de concevoir les textes, d'en prendre connaissance et de les étudier.

Ainsi, de plus en plus, nous sommes confrontés à des textes qui ne répondent plus à des critères traditionnels de textualité ou alors, s'il y répondent toujours - avec des dysfonctionnements plus ou moins importants -, qui s'inscrivent dans un contexte culturel et technologique devenu, lui, non traditionnel. Les dispositifs se font de plus en plus complexes : hypertextes fictionnels (qui n'existent que sur ordinateur et qui sont ouverts à une géométrie sans cesse variable); livres illustrés ou, plus précisément, mises en image de textes littéraires créant de ce fait des oeuvres hybrides ,où textes et images se côtoient et se complètent dans des relations sans cesse renouvelées; explorations littéraires ou artistiques qui exploitent les fondements mêmes de la culture du livre et de l'imprimé.

En fait, de plus en plus, les nouvelles pratiques composent avec l'hétérogène, le multiple, l'inter-disciplinaire, associant les arts et les médias, et nous sommes déportés aux frontières du livre et de la littérature. Dans un tel environnement marqué par une diversité sans précédent des formes, il est important de déterminer quels sont les présupposés de nos pratiques de lecture, quels en sont les seuils et les limites. Pour ce faire, il faut à la fois i) fournir un cadre théorique capable de rendre compte de la diversité de ces situations de lecture; ii) décrire des oeuvres qui exploitent les limites de la textualité. Ce double objectif implique, sur un plan théorique: a) une définition des pratiques de lecture assez large et souple pour appréhender cette diversité, qui suppose des rapports inédits de manipulation, de compréhension et d'interprétation des textes; b) une mise à l'épreuve des seuils de lisibilité impliqués par ces situations, qu'ils soient liés au support matériel des textes, aux dispositifs textuels déployés ou aux rapports culturels.

La recherche portera par la force des choses sur un ensemble hétérogène de textes. L'aire nord-américaine sera cependant privilégiée (du fait de ma spécialisation) et je restreindrai mon travail à des oeuvres où le texte continue à jouer un rôle prépondérant (mes recherches portent sur les théories de la lecture). Pour des fins de présentation, on peut regrouper ces oeuvres en trois ensembles. Le premier comprend des oeuvres qui explorent les possibilités de l'informatique : des hypertextes fictionnels et des productions hypermédiatiques (tel Patchwork Girl de Shelley Jackson). Un deuxième ensemble est composé d'oeuvres qui se trouvent à la croisée des arts, soit des textes illustrés (The Sensualist de Barbara Hodgson); soit des textes qui viennent ou que viennent prolonger une production artistique (Le Mal de Vienne de Rober Racine). Un dernier est constitué d'oeuvres qui s'aventurent aux seuis du livre et du langage (des oeuvres de Michel Côté ou de Louise Paillé par exemple).

Pour chacune des oeuvres étudiées, on tentera de déterminer quelles en sont les contraintes et spécificités médiologiques, sémiotiques et symboliques. Quelles sont les conséquences du passage d'un support à un autre (codex versus l'écran)? Ou d'un travail sur le matériau même du support matériel du livre? Comment intégrer le traitement des images dans les processus de compréhension et d'interprétation des oeuvres? Comment conjoindre symboliquement productions littéraire et artistique?